Il est minuit, docteur Roosevelt

Weirdaholic
, 08/12/2021 | Source : Weirdaholic

L'Horloge 1/3, 2/3 & 3/3 de José Roosevelt Encouragé par Aldaran, qui la compare notamment à celle d'Andreas, je me suis lancé dans la découverte de l'oeuvre de José Roosevelt, en commençant par la trilogie L'Horloge (également publiée sous forme de diptyque, dans une colorisation plus proche des désirs de l'auteur), qui initie le cycle de Juanalberto.

Une race hautement inflammable

Weirdaholic
, 08/12/2021 | Source : Weirdaholic

Atomic Bomb de Sabrina Calvo & Fabrice Colin A première vue, ce texte court et sarcastique se présente comme la version romanesque d'une forme chantée bien connue des amateurs de folk et de country, les élucubrations (je pense à "Dang Me" de Roger Miller, à "Talkin' World War III" de Bob Dylan, mais aussi aux tentatives françaises de traduction ou d'adaptation comme "

Parutions décembre 2021

Lhisbei
, 08/12/2021 | Source : RSF Blog

Voici les parutions de décembre 2021 en littérature de l’imaginaire. Elle est le fruit d’un travail d’équipe avec Anne-Laure du blog Chut Maman Lit (vous trouvez les couvertures sur sa page FB). Comme d’habitude, cette liste est non exhaustive et vous pouvez signaler toute parution dans les commentaires sous le billet pour étoffer la liste de ces parutions de décembre 🙂 ActuSF...

Cet article Parutions décembre 2021 est apparu en premier sur RSF Blog.

Clémente nous soit la pluie (Récits du Demi-loup 4) – Chloé Chevalier

Vert
, 08/12/2021 | Source : Nevertwhere

Clémente nous soit la pluie - Couverture

Je ne me considère plus vraiment comme une lectrice de fantasy, comparé à une époque où je ne lisais pratiquement que ça, mais je continue à en lire ponctuellement. Souvent des romans isolés parce que je n’ai pas forcément le courage de me lancer dans des cycles. Mais il y a des exceptions comme les Récits du Demi-loup, que je suis très contente d’avoir pris le temps de terminer cet été.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, il s’agit d’un cycle de fantasy d’inspiration médiévale (plus ou moins), qui met en scène le destin de deux princesses et de leurs suivantes, élevées ensemble mais qui vont peu à peu s’éloigner alors qu’elles prennent en main leurs royaumes respectifs.

Présenté comme ça ce n’est absolument pas vendeur mais c’est normal : ce qui fait le charme des Récits du Demi-Loup, ce n’est pas tant son intrigue que la manière dont elle est racontée, celle du roman choral. Les différents protagonistes prennent la parole, tous avec leur vision du monde et leurs objectifs. S’ajoute à leur récit des extraits de correspondance et de journaux intimes qui donnent un caractère très étoffé à l’ensemble (qui prend d’ailleurs tout son sens dans ce tome-ci).

J'ai beaucoup aimé cette lecture, même si j'ai eu un peu de mal à replacer certains personnages (bien que Chloé Chevalier redonne pas mal d’éléments). L’univers construit par l’autrice est vraiment riche, avec des personnages très nuancés.

Je mettrais juste un bémol sur la multiplication des points de vue qui m’a parfois un peu perdue (d’autant plus qu’il faut deviner qui parle dans la version numérique faute de pictogramme), mais rien de bien grave.

Dernier tome du cycle, Clémente nous soit la pluie offre une belle conclusion à cette longue histoire d’amitié et de mésentente. Forcément ce n'est pas très joyeux, et on ne peut lire ce tome sans avoir l'impression d'un sombre destin inévitable pour la plupart des personnages, malgré leurs efforts pour l'éviter.

Ceci dit j’ai beaucoup aimé comment l’autrice orchestre l’ensemble, en mêlant habilement l’intime et la politique, les petites discussions et les grandes batailles, des séquences parfois très douces au milieu d’un champ d’horreurs et d’amertume.

Les Récits du Demi-loup est vraiment un beau cycle de fantasy (française qui plus est). Si ce n’est pas déjà fait, n’hésitez pas à le découvrir, vous n’avez plus d’excuses maintenant qu’il est terminé !

Infos utiles : Clémente nous soit la pluie est le quatrième tome des Récits du Demi-loup de Chloé Chevalier. Le roman est paru en 2020 aux Moutons électriques. Couverture de Melchior Ascaride. 544 p.

Mes avis sur les autres tomes : Véridienne, Les Terres de l’Est, Mers brumeuses, Fleurs au creux des ruines (recueil de nouvelles)

D’autres avis : Au pays des Cave Trolls, Le Bibliocosme, Book en stock, Les lectures de Xapur, L’ours inculte

L'arpenteuse de rêves - Estelle Faye #PLIB2022

May
, 08/12/2021 | Source : The BooksHowl

L'arpenteuse de rêves - Estelle Faye

Myri est une Arpenteuse, elle a le pouvoir de s’immiscer dans les rêves des autres. Ce pouvoir est aussi une malédiction qui a causé la mort de sa jeune sœur, quelques années auparavant. Depuis, Myri se tient à l’écart des rêves grâce à la nerfolia, une plante interdite. Mais dans le royaume de Claren, quand on est une habitante de la ville basse, on n’échappe pas facilement à son destin. Une pollution inquiétante se répand autour des ateliers, le long du fleuve. Elle coïncide avec l’apparition d’étranges fantômes qui s’introduisent dans les rêves et les transforment en cauchemars. Alors, quand le petit Miracle est à son tour frappé par le Mal des fantômes, Myri n’a pas d’autre choix que de redevenir une Arpenteuse.

Note : 3,5 / 5

J'ai l'impression d’avoir mis une éternité à lire ce livre. Je ne sais pas si ce n'était pas le bon moment pour le lire ou si je n'ai tout simplement pas aimé plus que ça ma lecture, mais j'ai difficilement réussi à m'intéresser à l'histoire.

Pourtant je suis toujours aussi amoureuse du style d'écriture d'Estelle Faye. J'aime vraiment beaucoup sa plume, c'est fluide, très imagé et on arrive vraiment bien à se plonger dans l'esprit des personnages. Ils sont d'ailleurs plutôt nombreux, mais ils sont tous bien construits et on s'y attache beaucoup. J'ai particulièrement aimé Lélio, Riog (que j'aurais aimé voir plus dans le livre d'ailleurs) et Colombe.

Si les personnages et les liens qu'ils ont entre eux sont vraiment sympas (d'ailleurs comme dans beaucoup de ses livres, la notion de genre est plutôt flou, les hommes sont très féminins et les femmes très fortes et masculines et c'est quelque chose que j'adore dans les livres d'Estelle Faye !) j'ai malheureusement trouvé l'histoire un peu brouillon. Cette histoire de Seigneur des songes, de Première Reine et de Dieu Somnus... je ne sais pas, j'ai difficilement réussi à y croire et j'ai trouvé que le récit en faisait beaucoup pour pas grand chose. A la fin tout se règle très rapidement et trop facilement. Il y a un côté conte dans l'histoire qui aurait pu être sympa mais qui ne marche pas vraiment j'ai trouvé.

Il manquait quelque chose pour que j'apprécie vraiment ma lecture. Peut-être que le livre était trop jeunesse pour moi ? J'ai senti comme une limite, une retenue dans ce livre qui a un peu tout gâché alors qu'il y avait vraiment de bonnes idées.


L'arpenteuse de rêves
16,90€ / 352 pages / #ISBN9782700276565

L’anomalie | Jouer avec le lecteur

Tigger Lilly
, 08/12/2021 | Source : Le dragon galactique

L’anomalie est un roman écrit par Hervé Le Tellier et publié chez Gallimard en aout 2020. On en a beaucoup parlé et pour cause : il a gagné le Goncourt et c’est un livre de… Plus

Bilan de novembre 2021 et pile à lire de décembre

Sometimes a book
, 08/12/2021 | Source : Sometimes a book

Bilan novembre 2021

J’ai retrouvé un assez bon rythme de lecture en novembre et eu pas mal d’excellentes lectures et un coup de cœur qui m’a beaucoup enthousiasmée. Le bilan est un peu terni par deux abandons, mais reste globalement très positif. Au total, j’ai lu 8 livres (dont de beaux pavés) correspondant à un peu plus de 3000 pages. 

Mon book haul du mois de novembre est comme d’habitude visible dans un article dédié


Bilan lecture du mois de novembre


coup de coeur2

couv43665429♦Les chronique de St Mary – tome 4 : Une trace dans le temps de Jodi Taylor – HC éditions → Ma chronique

Finalement, ce tome 4 a bien plus répondu à mes attentes que le tome 3 qui partait un peu trop dans tous les sens à mon goût. Ce tome 4 est bien plus ancré dans le « réalisme » (en considérant bien sûr que les voyages dans le temps sont réalistes dans cet univers), ce qui convient mieux à mon esprit cartésien. J’ai donc été happé par le roman de la première à la dernière page et c’est un tel plaisir de retrouver la plume de l’autrice et les personnages que l’on peut réellement parler de coup de cœur. Et l’aventure est loin d’être finie, j’ai hâte de découvrir les prochains voyages dans le temps et la manière dont l’autrice va encore réussir à renouveler son intrigue.  

TB lecture

couv3722637♦Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski – Folio SF → Chronique à venir

J’ai adoré découvrir la plume piquante de Jean-Philippe Jaworski et suivre son personnage principal, anti-héros par excellence dans ses aventures rocambolesques. Le récit s’ouvre sur des scènes de batailles navales extrêmement bien retranscrites. Les 400 premières s’enchaînent sans qu’on puisse reprendre son souffle offrant de l’humour, des scènes épiques et des intrigues politiques complexes. Les personnages et surtout le héros Benvenuto est très bien construit avec de la nuance. Malgré son statut d’assassin et son sens moral assez douteux, on s’attache à ce personnage plein de fougue, à la langue bien pendue. Le personnage s’adresse directement au lecteur dans un langage aussi fleuri que riche rendant le style savoureux. Gagner la guerre souffre tout de même de grosses longueurs en milieu de récit et de peu de personnages féminins intéressants, mais est un récit extrêmement riche et complexe offrant de belles surprises et une fin digne de toute cette aventure. 
 

couv50848877♦Capitale du Nord – tome 1 : Citadins de demain de Claire Duvivier – Aux forges de Vulcain → Chronique à venir

Claire Duvivier nous propose donc un premier tome plus intimiste et introductif que celui de Guillaume Chamanadjian. Cependant, l’univers proposé est tout aussi riche et agréable à découvrir que ce soit du point de vue politique que de celui de l’étrange magie qui anime la cité. Les personnages et surtout celui d’Amalia sont décrits de manière très juste et donnent une belle profondeur au récit. La tension monte crescendo rendant ce premier tome de plus en plus haletant jusqu’à un final explosif qui donne très envie de découvrir la suite !

le-livre-de-m-1389993♦Le Livre de M de Peng Shepherd – Albin Michel Imaginaire → Chronique à venir

Le Livre de M est un roman post-apocalyptique très réussi. Il colle aux codes de ce genre littéraire avec une intrigue souvent tournée autour de la question de la survie et de la descente aux enfers progressives des personnages face à l’épidémie qui les frappe. Mais Le livre de M s’éloigne aussi du post-apo classique en proposant des éléments fantastiques et surtout une belle réflexion autour de la question de la mémoire autour de personnages poignants et convaincants. De plus, le roman offre une très belle fin touchante, nuancée et sans happy end irréaliste. 

couv19170285

♦Les Employés d’Olga Ravn – SP Pocket → Chronique à venir

Olga Ravn aborde énormément de choses dans ces 176 pages comme la condition humaine et l’aliénation au travail de manière complètement implacable. La froideur avec laquelle sont recueillies les dépositions vient contraster avec leur contenu rempli des émotions et états d’âmes des employés. On se surprend à avoir de la compassion pour eux malgré l’anonymisation des dépositions, même pour les ressemblants dont la condition donne énormément à réfléchir. Les 176 pages des Employés suffisent à éveiller la conscience et la curiosité du lecteur et à l’amener vers certaines pistes de réflexion… et ça fonctionne parfaitement aussi dérangeant que cela puisse être !

Bonne lecture

couv60733154♦Les Embrouillaminis de Pierre Raufast – SP Aux forges de Vulcain → Ma chronique

Les Embrouillaminis est une œuvre un peu particulière puisqu’elle mêle à la fois roman et livre dont vous êtes le héros. C’est un ainsi au lecteur de choisir le destin du personnage principal, Lorenzo en naviguant d’un chapitre à un autre sans suivre l’ordre chronologique. On découvre dans le premier chapitre un Lorenzo enfant qui s’apprête à découvrir son nouveau voisin. Mais faisait-il beau ce jour-là ? Car oui, en fonction de la réponse que vous choisirez, l’auteur vous emmènera soit au chapitre 2 soit au chapitre 3 et vous ferez peut-être vivre dans aventures différentes à Lorenzo. Dans Les Embrouillaminis, il suffit parfois de simples choix comme celui de la météo pour tout changer. [suite dans la chronique]
 
 
abandon
couv46343402♦Vorrh de B. Catling – OutreFleuve → Pas de chronique
 
Je pense que j’avais des attentes particulières concernant ce livre qui étaient malheureusement très éloignées de la réalité et j’ai donc été très déconcertée à sa lecture. Je n’ai donc pas adhéré aux personnages et à certains propos du récit qui ne correspondent tout simplement pas à mes goûts en ce moment, mais je n’exclus pas du tout la possibilité de le reprendre plus tard en sachant désormais à quoi m’attendre ! 
 
 
 
 
 
9782075157728_1_75
♦Olympe de Roquedor de Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place – SP Gallimard Jeunesse → Chronique sur Babelio

Olympe de Roquedor est un roman d’action et d’aventure très bien écrit. du vocabulaire assez soutenu se mêle au langage très fluide des deux auteurs, mais le texte reste très compréhensible, ce qui permettra aux jeunes lecteurs d’enrichir leur vocabulaire. C’est agréable de voir un récit porté par une héroïne forte qui n’a pas peur de renverser les codes de son époque quitte à s’attirer de nombreux ennuis. Olympe de Roquedor est une héroïne intrépide, un personnage fort comme on aime en voir en littérature jeunesse, conférant au roman une âme féministe et de belles valeurs. Malgré toutes ces belles qualités, je n’ai malheureusement pas accroché à l’histoire. Il m’a manqué un cadre spatio-temporel plus précis et un univers plus travaillé. Olympe de Roquedor est un pur roman d’action, dont les rebondissements commencent dès la première page et qui ne laisse pas place à la création d’univers et aux descriptions. Personnellement, j’ai besoin que l’univers soit plus fouillé pour réussir à m’immerger d’une lecture et ce roman ne m’a donc pas convenue, mais il plaira à tout ceux qui sont en quête d’aventures !


Ma pile à lire de décembre


Cliquer pour visualiser le diaporama.

♦ Services-presse : Johannes Cabal de Jonathan L Howard – Le goût de la victoire de Ken Liu
♦ Une relique de ma PAL : /
♦ Suite de saga : Sorceleur d’Andrej Sapkowski tome 5 – Calame de Paul Beorn tome 2 – Gardien des cotés perdues de Shannon Messenger tome 5 (oui j’ai pour tradition de lire beaucoup de suites de sagas et même d’en finir une tous les ans en décembre !)
♦ PLIB2022 : Diamants de Vincent Tassy
♦ Cold Winter Challenge : De bons présages de Pratchett & Gaiman / La fileuse d’argent de Naomi Novik


Bilan du Pumpkin Autumn Challenge


template PAC

Le Pumpkin Autumn Challenge s’est terminé fin novembre et je peux dire cette année que j’ai plutôt bien réussi le challenge ! J’ai réussi à lire au moins un livre par sous-catégorie et sans trop m’éloigner dans ma pile à lire prévisionnelle. Je suis d’autant plus ravie que j’ai lu beaucoup de livres fantastiques ou horrifiques dont l’ambiance correspondaient très bien à la période et j’ai eu globalement plus de très belles lectures que de déceptions ! 


C’est tout pour ce bilan, je vous souhaite un très beau mois de décembre ! 

The coward, Les blessures du héros

L'ours inculte
, 08/12/2021 | Source : L'ours inculte

Après deux trilogies dans le même univers, Age of darkness et Age of dread, dont seule la première a été traduite par Bragelonne, Stephen Aryan revient chez Angry Robot avec un diptyque intitulé Quest for heroes. On parlera ici du premier tome The coward, tandis que la suite The warrior sortira l’été prochain mais celui-ci peut tout à fait se suffire à lui-même pour le moment.

À l’âge de 17 ans, Kell Kressia est parti à l’aventure avec une bande de grands héros légendaires pour tuer la sorcière des glaces dans son grand palais au-delà du cercle polaire. Seul survivant des 11 aventuriers et traumatisé par l’expérience, il passera les 10 années suivantes à s’occuper de sa ferme et à calmer les cauchemars qui le hantent, tandis que sa légende grandit dans tous les royaumes grâce au chant des bardes qui content son épopée. Après ces dix années, un danger semble revenir des contrées glacées, et évidemment le roi vient chercher notre grand héros pour repartir sauver le monde. Mais Kell n’est pas un héros, Kell est un lâche, et il n’a aucune envie de revivre les horreurs d’il y a dix ans.

L’auteur part sur un archétype assez classique en fantasy, le grand héros légendaire qui revient pour un dernier round contre les méchants. Mais dans The Coward, la légende de Kell et la sorcière des glaces vient du récit mijoté par le roi et répandu par les bardes dans une grand fête de propagande. Notre trouillard a survécu plus par chance que par bravoure et n’a aucune envie de retourner au casse-pipe. Pourtant le roi l’envoie quand même vers le nord, et toute la première partie du bouquin est le voyage du héros à travers des villages et grandes cités en chemin, où il est acclamé, on lui paye des coups et on lui demande de raconter son histoire encore et encore. Pourtant quelques téméraires se joindront à lui pour l’aider dans sa quête, mais sa notoriété le coince un peu aussi. Parce qu’il avait prévu de se barrer en douce, en fait, mais tout le monde le connait et son passage n’est pas discret.

Assez vite il sera en compagnie de plusieurs autres aventuriers pour aller voir ce qui s’est réveillé, libéré, délivré dans l’ancien palais de la reine des neiges, et sème le chaos dans les royaumes humains. J’ai beaucoup apprécié les personnages secondaires, leurs relations et leurs secrets. En compagnie de Vahli le barde, Gerren l’adolescent enthousiaste (qui servira de reflet du passé à Kell), Willow la mystérieuse Alfar, Bronwyn la bourrine et Malomir le roi des îles, on part dans une grande aventure entre baston joyeuse et désespoir. On va vivre une quête épique parsemée de visions d’horreurs et de dangers pas très naturels. Le cadre « hivernal » donne une atmosphère particulière à l’ensemble, petit à petit on se rapproche du nord et on part pour une vraie expédition polaire avec tempêtes, lacs de glace et animaux sauvages affamés.

Derrière ce texte qui peut sembler à priori très classique avec sa quête, son groupe d’aventuriers et son grand méchant qui se réveille dans son lointain château, il y a pourtant une saveur assez particulière et un message qui constitue un sous-texte très pertinent. Voyez-vous, le roman est dédié aux militaires et aux vétérans, Stephen Aryan tourne son aventure comme un parallèle avec l’armée qui envoie des gosses plein d’idéaux au front, et qui reviennent hantés voire traumatisés par l’expérience, qui doivent vivre ensuite avec la propagande qu’ils voient maintenant depuis l’autre côté de la barrière. Kell était un adolescent qui a vu des trucs horribles, a survécu à son premier « tour » par chance et par résilience, subit encore les effets de son traumatisme, et à qui on demande d’y retourner. Tout ce sous-texte amène vraiment quelque-chose de particulier au roman, au-delà de l’aventure maitrisée et des personnages attachants.

Même s’il met un peu de temps à se lancer, j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, la seule partie qui m’a déçue (légèrement) c’est les chapitres du point de vue de Brytak la grande prêtresse. Ce personnage sert à établir le contre-poids politique de la quête de Kell, elle voit sa mission comme hérétique et va tout faire pour contrer la propagande du roi qui l’a envoyé. Si dans le principe ça ajoute une dimension assez chouette à l’ensemble, dans les faits ces chapitres étaient assez chiants parce que Brytak est très caricaturale et peu intéressante pour moi, la religieuse fanatique de base, qui a même droit à sa scène d’auto-flagellation classique. Heureusement que ses chapitres ne sont pas très nombreux, et disparaissent pratiquement quand on est au cœur de l’action sur le dernier acte.

The coward est un très bon roman de fantasy épique, qui reprend de gros archétypes du genre dans un cadre « rafraîchissant » mais lui amène un sous-texte pertinent sur le traumatisme des soldats et la propagande d’état. On s’attache à cette bande de héros qu’on envoie au casse-pipe, qui ont tous leur personnalité et leur raison d’être là, et qui finissent par former une famille dans l’adversité.

Menu de Noël, la sélection du Lutin…

Lutin82
, 07/12/2021 | Source : Albédo

Votre Lutin vous propose quelques idées de livres à placer sous le sapin. Si votre cheminée est assez vaste pour que le Père Noël s’y glisse avec une hotte de belles dimensions, je vous invite à choisir plusieurs plats au menu que je vous ai concocté. Il ne s’agit pas des meilleurs livres lus ou … Lire la suite de Menu de Noël, la sélection du Lutin…

La Paille dans l'oeil de Dieu

Gepe
, 07/12/2021 | Source : Le post-it sfff

 

697 pages 1974 VO 1981 VF

Quatrième de couverture :

Au fin fond de l'espace, dans plus d'un millénaire...

Près de quatre siècles de barbarie ont suivi l'effondrement du Premier Empire de l'Homme. Avec l'avènement du nouvel Empire et la fin des terribles Guerres de Sécession, la paix semble revenue dans l'univers humain et ses deux cents mondes habités, une paix que maintient la férule indéfectible de la Marine Impériale.

Mais quelque chose arrive... depuis la nébuleuse du Sac à Charbon. Quelque chose qui ressemble à une gigantesque voile solaire, un vaisseau ayant parcouru en un siècle et demi trente-cinq années-lumière. Quelque chose de résolument inhumain.

La mission du croiseur impérial Mac-Arthur est dès lors d'une simplicité redoutable : établir le premier contact.

Oui, mais avec quoi ?


Mon Post-it :

L'histoire se déroule au XXXI ème siècle, dans un empire qui a colonisé deux cents mondes grâce notamment à la vitesse supraluminique et les sauts entre les systèmes stellaires.

Le véritable démarrage du livre va venir d'un vaisseau avec une immense voile solaire qui pénètre le système de l'empire, un premier contact extraterrestre qui va engager une mission d'exploration vers " l'oeil de Dieu" et sa paille (je vous laisse découvrir la petite histoire dans le roman.) 

Arrivée dans le système solaire de la paille, des événements passionnants vont se dévoiler. Les Pailleux (E.T) sont d'un point de vue de l'évolution plus développés quoique différents, au niveau technologique les humains sont en meilleure position, ce qui amène un équilibre, qui est l'un des points forts du livre. Les auteurs évitent aussi le côté manichéen que je n'apprécie pas généralement.

Après un premier contact tout à fait respectable, et la découverte des us et coutumes de chacun, il faut approfondir les choses - c'est ici tout le sel du livre - chaque camp n'a pas les mêmes objectifs, gratter pour aller voir ce qu'il y a dessous, c'est dans ce jeu fin et ciselé que le roman prend toute sa saveur. On soupçonne, on entrevoit de chaque côté les intentions, j'ai été captivé, absorbé par cette façon d'amener les choses. 

Les humains plus méfiants, sur le qui-vive, prêts à dégainer leur puissance militaire à tout moment, alors que les pailleux usent eux de psychologie pour atteindre leurs visiteurs, avec bienveillance et empathie, un vrai travail qui va mettre le doute au sein de la marine impériale.

L'empire va essayer de tirer sa conclusion sur cette première rencontre, d'en débattre afin de prendre la meilleure décision - difficile - car une fois que l'on s'est découvert à l'autre, rien n'est plus pareil.
Pendant ce temps, les Pailleux tentent de mener à bien leur projet dans un jeu de dupes, tout ça reste tendu jusqu'au bout, magnifique ! 

Les personnages sont dans l'ensemble bien réalisés. Même si ça n'a pas gêné ma lecture, j'ai trouvé curieux qu'au 31e siècle, on se retrouve finalement dans un empire très 19e siècle, j'aurais préféré retrouver une société en rapport avec son temps, son époque, peut être moins strictement militaire.

Vous l'avez compris, c'est un roman passionnant et de haut niveau de space-opéra et de premier contact, riche et bien fichu, qui entremêle les deux parties à la perfection tout au long du roman, sans narration alternée, qui généralement ne me réussit pas trop.

Vite, la suite ...


Ma note :  9,5/10


D'autres avis chez : LorhkanAlbédoGromovar, le culte d'ApophisAnudar, ...