Prix Julia Verlanger 2021 – La sélection

Lhisbei
, 27/10/2021 | Source : RSF Blog

La sélection pour le Prix Julia Verlanger 2021 est connue. Le Prix Julia Verlanger récompense chaque année un roman fantastique ou de science-fiction. L’année dernière il a été décerné à Martha Wells pour sa série Journal d’un AssaSynth traduit par Mathilde Montier aux éditions de l’Atalante. La fondation Julia Verlanger a été créée par Jean-Pierre Verlanger sous l’égide de la fondation de...

Cet article Prix Julia Verlanger 2021 – La sélection est apparu en premier sur RSF Blog.

Lucius Shepard - Le Livre écorné de ma vie

Baroona
, 27/10/2021 | Source : 233°C

Le Livre écorné de ma vie, Lucius Shepard, 2009, 136 pages

Thomas Cradle, écrivain à succès, découvre un jour un livre, La Forêt de thé, écrit par un certain... Thomas Cradle. Un homonyme dont les éléments biographiques correspondent étrangement avec les siens. Fasciné par sa lecture, il décide de partir sur les traces de cet homme dont le livre biographique retrace la descente du fleuve Mékong.

Le Livre écorné de ma vie est un livre de Lucius Shepard. Cette phrase à elle seule résume une bonne partie de son contenu. C'est poisseux, voire crasseux, c'est sexuel, c'est étrange et parfois même hallucinatoire. C'est un texte qui écrit par un autre auteur aurait tous les risques de ne pas fonctionner. Fort heureusement, c'est bien Lucius Shepard et sa plume unique qui est aux commandes, et cela donne une très bonne novella.

Si elle comporte des thématiques habituelles de l'auteur, Le Livre écorné de ma vie n'est pas pour autant une oeuvre lambda et déjà lue, bien au contraire. Si la descente de Thomas Cradle dans les tréfonds de l'humanité à la suite de son double littéraire est une expérience en soi, elle est démultipliée par un côté métaécriture assez fou. Car Le Livre écorné de ma vie est comme une autobiographie de l'auteur, ou du moins d'un Lucius Shepard potentiel. Avec une conscience acérée des réactions que peut susciter le texte auprès des lecteurs, et jouant avec cela.

Le Livre écorné de ma vie n'est pas le texte le plus abordable de Lucius Shepard mais n'en reste pas moins une très bonne novella pour qui apprécie le style cru de l'auteur. C'est un récit qui exerce une indéniable fascination, aussi forte pour le lecteur que peut l'être la fascination du narrateur pour son double. Et qui agit encore après la fin de la lecture, avec cette sensation que chaque nouvelle lecture pourrait faire découvrir de nouveaux éléments et un nouvel aspect de cette troublante expérience. En attendant, la compréhension instinctive de cette première lecture est déjà tout à fait satisfaisante.

Couverture : Aurélien Police / Traduction : Jean-Daniel Brèque
D'autres avis : FeydRautha, Gromovar, JMG, Célinedanaë, Vert, ...

M’étendre auprès des morts pour prendre ma mesure

Weirdaholic
, 27/10/2021 | Source : Weirdaholic

Les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar Lire Catherine Dufour mène à tout, y compris à se plonger dans une oeuvre dite "classique", source d'inspiration aussi bien stylistique (la forme romanesque conçue comme une longue lettre à un interlocuteur) que thématique (la permanence ou non des civilisations) pour ce chef d'oeuvre qu'est Le Goût de l'immortalité.

Utopiales 2021 - Jump to Hyperspace

Gromovar
, 27/10/2021 | Source : QUOI DE NEUF SUR MA PILE ?


Valises pleines, téléphone chargé, billets numérisés, prêt à sauter dans l'hyperespace.

Direction : la base rebelle de Nantes (ou il fera aussi humide que sur Dagobah).

Au carrefour des étoiles – Clifford D. Simak (1963, 2021)

Noni
, 27/10/2021 | Source : SFFF – Carnets lunaires

Les traductions, c’est tout un débat. Qu’est-ce qu’une bonne traduction ? Que perdons-nous exactement à lire un livre traduit plutôt que sa version originale ? En ce qui me concerne, aucune idée (ou si peu). En tout cas, Au carrefour des étoiles, classique de la science-fiction écrit par Clifford D. Simak en 1963, est justement ressorti cette année assorti d’une nouvelle traduction française, signée Pierre-Paul Durastanti. Gardant un très bon souvenir de Demain les chiens, autre classique de la SF du même auteur (également retraduit, par le même traducteur, en 2013), je me suis penché dessus. Il raconte l’histoire d’Enoch Wallace, un vieux monsieur largement centenaire et pourtant toujours fringuant, reclus dans une ferme au fin fond du Wisconsin. Ni l’homme, ni la ferme ne vieillissent, et pour cause : l’endroit sert de relais spatial pour une vaste civilisation galactique. Concrètement, grâce à une technologie fort complexe, des voyageurs extraterrestres y font régulièrement escale, avant de continuer leur chemin vers une destination lointaine. Depuis des décennies, Enoch Wallace s’acquitte de sa tâche de gardien avec application et s’est même fait quelques amis parmi ses hôtes de passage. Sa jeunesse prolongée suscite par contre des interrogations dans son village, ainsi qu’en plus haut lieu.

Cette histoire, maintenant vieille de plus d’un demi-siècle, est fortement marquée par la guerre froide et les craintes de l’époque, mais s’avère facilement transposable à la nôtre et n’accuse pas tellement son âge (à quelques exceptions près, évidemment). Malgré son rythme un peu lent et posé, elle n’est jamais ennuyeuse. Au contraire, il est difficile de ne pas être fasciné par le quotidien étrange d’Enoch Wallace et la variété foisonnante d’êtres qu’il rencontre sans jamais bouger de chez lui, sans jamais rien réclamer. En prime, les questions qu’elle pose sont vastes (en vrac : qu’est-ce qui définit l’humanité ? Qu’est-ce qui définit un individu ? Comment interagir avec l’Autre ?), mais l’auteur réussit à les aborder sans être prétentieux. Au fond, je n’avais pas lu la première traduction, mais peut-être bien que ça valait le coup d’en produire une nouvelle.

Utopiales 2021 - Blog en pause

Gromovar
, 27/10/2021 | Source : QUOI DE NEUF SUR MA PILE ?


Littérature, BD, cinéma, jeux, expositions, tables rondes et rencontres, courez aux Utopiales 2021.
Jusqu'à la semaine prochaine, le blog est donc en semi-pause. Ne vous étonnez pas s'il y a de la latence dans mes réponses.

Utopiales rulez !

La Monture - Carol Emshwiller

Elessar
, 27/10/2021 | Source : L'Imaginarium électrique

La Monture - Carol EmshwillerArgyll // 2021 (2002 vo) // 224pLivre lu en service presseUn jour, les Hoots ont débarqués sur Terre, et cette espèce extraterrestre aux jambes faibles à peine capables de les porter à eu la bonne idée d'asservir l'espèce humaine pour en faire leurs montures. Oui, comme des chevaux. Ceux-ci sont élevés depuis le plus jeune âge dans l'optique d'être une bonne monture,

Après de Stephen King

Lune
, 27/10/2021 | Source : Un papillon dans la Lune

"- Ça doit te faire un drôle d'effet, cette faculté que tu as. Carrément bizarre. Ça te fiche pas la frousse ?
J'ai failli lui demander si ça ne lui fichait pas la frousse de penser que les étoiles dans le ciel tournaient pour l'éternité, mais ça ne valait pas la peine, et je lui ai simplement répondu que non.
On s'habitue aux choses prodigieuses, on finit par les tenir pour acquises."

Après est le dernier roman en date de Stephen King ! Il arrive le 3 novembre chez Albin Michel. J'aime beaucoup la couverture.

C'est un roman fantastique, voire d'épouvante, assez light (selon ma définition, mais il y a quand même quelques scènes costaudes).

Jamie n’est pas un enfant comme les autres : il a le pouvoir de parler avec les morts. Mais si ce don extraordinaire n’a pas de prix, il peut lui coûter cher. C’est ce que Jamie va découvrir lorsqu’une inspectrice de la police de New York lui demande son aide pour traquer un tueur qui menace de frapper… depuis sa tombe.

C'est avec grand plaisir que je me suis plongée dans cette oeuvre du King.

👉 Il voit des gens qui sont morts.  

Jamie nous raconte son histoire, celle d'un jeune garçon qui s'aperçoit très tôt qu'il voit les fantômes des gens décédés. Il peut les percevoir quelques jours, trois tout au plus, et les fantômes s'estompent au fur et à mesure. Ils peuvent lui parler dans les premières heures et semblent forcés de lui dire la vérité.

Quand sa vieille voisine meurt, le mari de celle-ci est effondré, d'autant plus qu'il ne retrouve plus son alliance. Le fantôme indique alors à l'enfant où est la bague et Jamie transmet l'info à sa mère. Celle-ci le croit : une fois alors qu'il était encore à la maternelle, il a vu le fantôme d'un cycliste défiguré sur le bord de la route et en est resté traumatisé. Elle lui fait confiance. 

Alors le jour où le meilleur auteur de la boîte d'agent littéraire appartenant à sa mère décède sans avoir écrit la conclusion à sa série mondialement connue, Jamie sert d'intermédiaire pour récupérer toute l'histoire afin que sa mère puisse l'écrire et la publier ! (Ce qui est abusif, considérant qu'il doit avoir dans les 8/10 ans...)

Au final tout ne se passe pas si mal, mais c'est sans compter sur la petite amie toxique de la mère, et le fantôme d'un serial killer pas commode...

J'ai passé un bon moment à la lecture de ce roman ! Un King qui coule tout seul, se lit d'une traite et est bien ancré dans notre société, comme à son habitude. L'aspect histoire parlée m'a beaucoup plu, Jamie nous raconte son histoire et l'on est happé.

On retrouve dans ce roman les thématiques habituelles de l'auteur : 

  • L'enfance malmenée par le surnaturel mais aussi par les adultes malveillants ou paumés
  • L'addiction et ses conséquences
  • La relation forte mère/fils
  • L'importance du livre 

J'ai bien apprécié le fait que l'auteur à succès écrivait des romances paranormales un peu ridicules avec des scènes de sexe improbables et avait beaucoup de succès (très drôle).

Et puis enfin SPOILER LÉGER, ce livre est clairement connecté à l’œuvre du King, via les Lumières Mortes !!! (Ce qui n'est pas rien).

Pour résumer, Après de Stephen King chez Albin Michel est bon cru du maître. Il a aussi l'avantage d'être relativement court (330 pages) et de se lire d'une traite. Pour un moment de frayeur/plaisir, foncez ! 

Retrouvez ma bibliographie de Stephen King avec les livres qui me restent à lire.

Lisez Stephen King sans avoir peur, oui c'est possible !

Après
de Stephen King
Albin Michel - Novembre 2021
330 pages
Traduit par Marina Boraso
Papier : 20,90€ / Numérique : 12,99€
Titre original : Later - 2021

84K - Claire North

Gromovar
, 27/10/2021 | Source : QUOI DE NEUF SUR MA PILE ?



"84K" est une dystopie de Claire North dans une Angleterre ultra-hypra-supra libérale. Outrée sans doute, elle ravira ceux des fans de Ken Loach qui trouvent que le réel n'est pas suffisant.

Je ne peux en dire plus car ma chronique sera dans le Bifrost n° 105, et elle ne reviendra ici qu’un an après la sortie de la revue (c’est à dire, pfff…).

Je peux au moins donner le résumé de la couv’ car celui-ci est disponible partout :

Théo Miller connaît la valeur de la vie humaine – jusqu’au dernier centime.
Au Bureau d’audit des crimes, son rôle consiste à évaluer chaque dossier qui lui est confié et à s’assurer que les criminels paient intégralement leur dette à la société. Mais lorsque son amour d’enfance est assassinée, tout change.
Cette mort est la seule qui ne peut se résumer à une ligne de plus dans un bilan annuel. Car si les puissants de ce monde peuvent tuer en toute impunité, il arrive parfois que le compte n’y soit pas.

Voila. Rien de plus. Sinon voici ce qui m'attend :



The Divide, book 1: The Last Watch de J.S. Dewes

Lianne - De livres en livres
, 27/10/2021 | Source : De livres en livres

Tor, 480 pages, 2021, Science-fiction

Je voulais un space opéra et ne sachant pas trop quoi lire, j’ai choisi ce livre ci un peu par hasard après en avoir lu un super avis sur goodreads. Et c’est une bonne pioche parce que même si on reste sur un principe de base très classique, il a été l’une de mes meilleures découvertes de l’année !

Adequin Rake commande l’Argus, un vaisseau des sentinelles, la force humaine en charge de surveiller la « frontière » de l’univers.

En effet, au bout du monde il y a une barrière, appelée « The Divide ». Le principe de celle ci est inconnu, mais plus on s’en approche plus le temps se distend. Ce phénomène a dans le passé été utilisé par les adversaires des humains pour voyager de façon très rapide et surprendre les humains la où ils ne s’y attendaient pas.

Ces extraterrestres vraiment beaucoup plus évolués ont déjà tenté par le passé d’exterminer les humains en menant une campagne de stérilisation forcée. La guerre a fini par être remportée par les humains, principalement grâce à leur nombre en comparaison de celui de leurs adversaires.

Depuis les sentinelles ont été créées et sont chargé de patrouiller les parties de The Divide qui sont proches de l’Empire humain, pour repérer un possible retour.
Mais ça c’était il y a des siècles. Depuis plus personne n’en a jamais vu. Du coup ce n’est pas étonnant que les sentinelles sont maintenant devenu le dernier trou où on envoie ceux qu’on ne veut plus voir ou entendre.

Rake est donc la commandante de ce vaisseau, avec environ 200 soldat sous ses ordres. Ce sont tous des soldats à problème qui ont été envoyé la comme si c’était une prison. Insubordination et bagarres sont plus ou moins le quotidien à bord de l’Argus.

Mais Rake est vraiment respectée par ses soldats. Elle est une héroïne de la dernière guerre, une officier d’élite. D’ailleurs personne ne sait vraiment pourquoi elle a atterri dans ce trou alors que ses anciens compagnons sont montés dans la hiérarchie.

Un jour comme un autre, un nouveau soldat lui est envoyé. Mais celui ci n’est pas n’importe qui, Cavalon Mercer est en fait l’héritier d’une des plus grandes familles gouvernantes de l’empire humain. C’est grâce à des membres de sa famille, brillants généticiens que les humains existent toujours et ont pu survivre à la stérilisation à l’époque de la guerre.
Depuis ils sont devenus un peu la « royauté ». D’ailleurs c’est ainsi qu’ils sont désignés.

Il est envoyé sous une fausse identité, et il est évident qu’il n’a jamais fait parti de l’armée avant. Incapable de la discipline demandée.
Il est évident aussi qu’il a été envoyé la pour se débarrasser de lui, car il était devenu trop gênant pour sa propre famille. Cette arrivée va chambouler tout à bord de l’Argus.

D’autant plus qu’elle arrive au moment ou les choses commencent à devenir bizarre. En effet plus le temps passe et plus il devient évident que la frontière du Divide bouge. De plus en plus vite. Et malheureusement pas dans la bonne direction !

Quand l’univers lui même devient le danger, l’Argus, son capitaine et son équipage sont en première ligne et vont devoir trouver un moyen de le signaler aux reste de l’univers …

Seulement l’Argus est une antiquité, et ceux qui l’ont mis sur place ont tout fait pour que ses « prisonniers » ne reviennent pas à la civilisation.
Ils vont devoir improviser avec ce qu’ils ont …

Franchement j’ai adoré !

Les deux personnages qu’on suit, à savoir Cavalon et Rake sont excellents et attachants chacun à leur façon.

J’ai vraiment aimé le coté débrouillardise aussi, ainsi que toute la partie où l’héritier à problème qui a toujours vécu en dehors du monde va devoir apprendre à vivre avec les autres.

On est sur un bon page-turner, la tension était vraiment la pendant la plus grande partie du récit.
Ça bouge bien, on n’a pas le temps de s’ennuyer, franchement rien à redire à ce premier tome.

J’ai vraiment hâte de lire la suite !!




D’autres avis sur ce livre : Apophis,